Comment Améliorer la Résistance à l'Insuline liée au Syndrome des Ovaires Polykystiques (SOPK) : Un Guide Complet et Approfondi

Vous venez de recevoir un diagnostic de SOPK ou de résistance à l'insuline, ou peut-être avez-vous simplement entendu parler de ces conditions et vous vous demandez si elles sont à l'origine de vos envies de sucre et de votre prise de poids. Aujourd'hui, nous répondons à toutes vos questions pour vous aider à mieux comprendre ces problèmes de santé. 

La résistance à l'insuline est une condition reversible qui peut causer des complications métaboliques et précéder le diabète de type 2. Cet article explore ses causes, symptômes, tests diagnostiques, options de traitement, et stratégies nutritionnelles pour l'améliorer.

Qu'est-ce que l'Insuline et la Résistance à l'Insuline ? 

Insuline : 

L'insuline est une hormone importante que votre corps fabrique ( pancréas) . Elle aide à transformer la nourriture que vous mangez en énergie. Quand vous mangez, la nourriture devient du sucre dans votre sang. L'insuline agit comme une clé qui ouvre les cellules pour que le sucre puisse y entrer et leur donner de l'énergie ou qu'il puisse etre stocké pour une utilisation ultérieure. . Sans insuline, le sucre reste dans votre sang au lieu d'aller dans vos cellules.

Lorsque nous mangeons, la glycémie (taux de sucre dans le sang) augmente, stimulant la sécrétion d'insuline par le pancréas. L'insuline agit alors sur différentes cellules pour :

  • Diminuer la glycémie : En facilitant l'entrée du glucose dans les cellules.
  • Favoriser le stockage des graisses : L'insuline aide à la formation de tissus adipeux.
  • Augmenter la synthèse de protéines : Elle favorise la construction musculaire.

Cependant, l’insuline a une action hypoglycémiante : elle diminue le taux de sucre dans le sang en facilitant son entrée dans les cellules où il est transformé en énergie. 

Pourquoi le Corps Résiste-t-il à l'Insuline ?

De nombreuses causes peuvent provoquer et accentuer la résistance à l'insuline. L’aspect génétique en fait partie, mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas rééquilibrer notre insuline. Bien que, la résistance à l'insuline soit un trouble multifactoriel, des études génétiques récentes ont permis d'identifier plusieurs gènes et variants génétiques et variants génétiques impliqués,

En dehors de certaines périodes de la vie comme la grossesse, la puberté ou le vieillissement, qui peuvent influencer l'équilibre des sucres, les causes potentielles incluent :

  • Hyperinsulinémie : Excès d'insuline dans le sang, souvent dû à une production excessive par le pancréas en réponse à un excès de sucre.
  • Excès Pondéral et Alimentation Inadaptée : Une alimentation trop riche en calories et pauvre en nutriments de qualité.
  • Stress Chronique : La production de cortisol (hormone du stress) augmente la glycémie et rend les récepteurs cellulaires moins sensibles à l'insuline.
  • Sédentarité : Le manque de mouvement réduit la demande en insuline par les fibres musculaires.
  • Barrières au Message de l'Insuline : Une cellule insuffisamment fluide (manque d'acides gras oméga-3), récepteurs insuliniques non activés (carence en magnésium, zinc, chrome). c'est ce que nous verrons plus tard.
  • Tabagisme : Le tabagisme n'est pas répertorié comme une cause directe d'hyperinsulinémie (taux élevé d'insuline dans le sang). Cependant, le tabagisme est associé à une résistance accrue à l'insuline, c'est-à-dire une diminution de la sensibilité des tissus à l'insuline
  • Hypothyroïdie : Un dysfonctionnement de la thyroïde, comme l'hypothyroïdie, a un impact direct sur la capacité à réguler les niveaux de sucre dans le sang, favorisant la résistance à l'insuline. 
  • Prise de certains médicaments. 

Symptômes de la Résistance à l'Insuline

  • Fatigue importante et manque d'énergie
  • Soif intense (polydipsie) et urines abondantes (polyurie)
  • Augmentation de la faim et des fringales
  • Irritabilité, migraines, difficulté de concentration
  • Hypoglycémie réactionnelle (coup de fatigue 2h après les repas)
  • Prise de poids ou difficulté à perdre du poids
  • Accumulation de graisse abdominale (tour de taille élevé)
  • Zones de peau plus foncées dans les plis du corps (acanthosis nigricans)

Diagnostiquer la Résistance à l'Insuline

Tests Sanguins :

  • Insuline à jeun : Un taux élevé peut indiquer une résistance à l'insuline.
  • Indice de HOMA (Homeostasis Model Assessment) : Le test HOMA, ou indice HOMA, est une façon de vérifier comment le corps utilise l'insuline pour contrôler le sucre dans le sang. Calculé à partir des niveaux de glucose et d'insuline à jeun.
    • Une valeur inférieure à 1 est généralement considérée comme normale. Des valeurs supérieures peuvent indiquer une résistance à l'insuline.
    • Un indice HOMA supérieur à 2.5 est un signe de résistance à l'insuline. Un indice supérieur à 4 est particulièrement préoccupant.
    • Plus l'indice est élevé, plus la résistance à l'insuline est grande, ce qui indique que le corps a besoin de plus d'insuline pour maintenir les niveaux de glucose dans le sang.
  • Indice QUICKI (Quantitative Insulin Sensitivity Check Index) : Cet indice permet de vérifier comment  le corps utilise l'insuline pour contrôler le sucre dans le sang. 
    • Un indice QUICKI élevé indique une bonne sensibilité à l'insuline, ce qui signifie que l'organisme utilise efficacement l'insuline pour réguler le sucre dans le sang.
    • Un indice QUICKI bas suggère une résistance à l'insuline, ce qui signifie que l'organisme a besoin de plus d'insuline pour maintenir la glycémie à un niveau normal.
  • Hémoglobine glyquée (HbA1C) : Indicateur de la glycémie moyenne sur plusieurs mois.

Solutions Naturelles et Traitement de la Résistance à l'Insuline

Prévenir et traiter la résistance à l'insuline implique d'adopter une alimentation saine et équilibrée, de perdre du poids en cas de surpoids, de pratiquer une activité physique régulière, de gérer le stress et de suivre un suivi médical personnalisé. Gérer et traiter la résistance à l'insuline est crucial pour prévenir des complications métaboliques telles que le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. Nous vous exposerons ici la marche à suivre décomposé en différentes étapes : 

    Etape 1 : Activité Physique et Résistance à l'Insuline

    L'activité physique améliore la captation du glucose par les cellules, augmentant ainsi la sensibilité à l'insuline. Elle participe également à la perte de poids, à la prévention des maladies cardio-vasculaires, à l'équilibre psycho-émotionnel,  et à un bon sommeil. 

    Comment Intégrer l'Activité Physique dans Votre Quotidien

    Activités à Intensité Modérée :

    • Prendre les escaliers plutôt que l'ascenseur.
    • Se déplacer à pied ou à vélo pour les petites courses.
    • Descendre un arrêt de métro ou de bus plus tôt.
    • Faire des balades digestives le midi.
    • Promener votre chien ou jouer au ballon avec vos enfants.
    • Investir dans un bureau « assis-debout ».
    • Faire le ménage ou du jardinage de manière énergique.
    • Investir dans un tapis de marche.

    Il est recommandé de pratiquer au moins 30 minutes d'activité physique modérée par jour. En complément, pratiquez des activités plus intenses, comme la natation, le yoga, la musculation, le running, ou les sports collectifs, deux fois par semaine.

    Sommeil et Insulinorésistance

    Un bon sommeil est essentiel pour la régulation des fonctions métaboliques, y compris la gestion de la glycémie et le contrôle de l'appétit.Un sommeil suffisant et de qualité favorise une meilleure sensibilité à l'insuline et contribue à maintenir des niveaux de glucose stables. Mais ce n'est pas tout un sommeil de qualité permet de :

    • Réduire les fringales et l'envie de sucre.
    • Favoriser la perte de poids et le maintien d'un poids stable.
    • Augmenter les hormones de la satiété et la sensibilité à l'insuline.
    • Améliorer la résistance au stress et l'énergie globale.

    Critères d'un sommeil de qualité

    1. Efficacité du sommeil : Au moins 85% du temps passé au lit doit être consacré au sommeil effectif.
    2. Latence d'endormissement : La phase d'endormissement ne doit pas dépasser 30 minutes.
    3. Nombre de réveils nocturnes : Pas plus d'un réveil par nuit.
    4. Durée d'éveil nocturne : Si réveil, la durée d'éveil ne doit pas excéder 20 minutes.
    5. Durée totale de sommeil : Généralement entre 7 et 9 heures par nuit pour un adulte.
    6. Régularité des horaires : Maintenir des horaires de coucher et de lever réguliers, y compris le week-end.
    7. Absence de troubles : Peu ou pas de troubles comme les insomnies, les apnées du sommeil ou la somnolence diurne excessive. 

    Conseils pour un Bon Sommeil

    • Limiter les excitants : alcool, café, thé, sucreries, soda.
    • Éviter les écrans le soir.
    • Se coucher et se lever à heures fixes.
    • Créer un rituel de détente avant le coucher.
    • Pratiquer une activité physique régulière, mais pas trop tard dans la journée.
    • S'aider de certains compléments alimentaire comme le magnésium ou nos complexe Ino'stress 

    Gestion Psycho-Émotionnelle et Résistance à l'Insuline

    Le stress chronique favorise la résistance à l'insuline en augmentant la production de cortisol, ce qui élève la glycémie. Dans notre société moderne, le stress est souvent lié au travail ou à des relations toxiques, et ne nécessite pas toujours une réponse physique. Il est donc important de trouver des moyens d'évacuer le stress, comme la course à pied, le sport de combat, ou toute autre activité physique ainsi que de vous aider de certains complément comme le magnésium ou nos complexe Ino'stress 

    Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

    Les TCA ou   troubles alimentaires ont un impact direct sur la glycémie, pouvant entraîner des fluctuations importantes avec des épisodes d'hyperglycémie ou d'hypoglycémie  ce qui peut aggraver la résistance à l'insuline. Il est crucial de se faire accompagner par un professionnel pour travailler sur ces comportements et stabiliser la glycémie.

    Etape 2 : Le Microbiote et Résistance à l'Insuline

    Des études ont montré une corrélation entre l'état du microbiote intestinal et le développement de la résistance à l'insuline et de l'obésité. Un déséquilibre du microbiote (dysbiose) est souvent observé chez les personnes souffrant de résistance à l'insuline. Travailler sur la santé intestinale peut donc être bénéfique. 

    En effet,   des études ont prouvé une association entre un microbiote appauvri, une alimentation déséquilibrée et le développement du diabète de type 2. (1)  De plus, Le microbiote intestinal aide à décomposer les aliments et à extraire les nutriments. Un microbiote équilibré contribue à un métabolisme sain, tandis qu'un déséquilibre (dysbiose) peut entraîner une mauvaise absorption des nutriments et une accumulation de produits métaboliques néfastes.

    De plus, les bactéries intestinales influencent la production d'hormones intestinales comme le GLP-1 (glucagon-like peptide-1), qui joue un rôle crucial dans la régulation de la glycémie et de l'insuline. Une dysbiose peut altérer la production de ces hormones, affectant négativement le métabolisme du glucose.

    Notre complément en probiotique Rhéa sera donc parfait dans ce cas . Ce probiotique contient une source breveté LactoSpore ® qui selon , une étude clinique a montré qu'une supplémentation en Bacillus coagulans réduit la résistance à l'insuline ainsi que les taux de cholestérol et de triglycérides chez les patients diabétiques. (3) 

    Etape 3 : Alimentation, inflammation et Résistance à l'insuline 

    L’inflammation, bien que nécessaire pour combattre les menaces ponctuelles comme les infections virales, devient néfaste lorsqu’elle persiste à long terme dans l’organisme. La résistance à l'insuline et l'inflammation sont étroitement liées. Voici les points essentiels à comprendre :

    La résistance à l'insuline et l'inflammation se renforcent mutuellement, formant un cycle qui favorise divers troubles métaboliques. La résistance à l'insuline perturbe le métabolisme du glucose et des lipides, créant un état pro-inflammatoire. L'inflammation, à son tour, active des molécules kinases qui diminuent la sensibilité des récepteurs de l'insuline, aggravant ainsi la résistance à l'insuline. La libération de médiateurs inflammatoires supplémentaires et l'augmentation du stress oxydatif aggravent également cette résistance.

    Ce cycle entre résistance à l'insuline et inflammation entraîne davantage de dysfonctionnements métaboliques et augmente le risque de développer le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, l'obésité et d'autres conditions pro-inflammatoires.

    Stratégies pour Réduire l'Inflammation et Améliorer la Sensibilité à l'Insuline

    • Alimentation : Adoptez une alimentation riche en aliments anti-inflammatoires, comme les fruits, les légumes, les grains entiers et les graisses saines. Ces aliments, riches en antioxydants, polyphénols et acides gras oméga-3, réduisent l'inflammation et améliorent la sensibilité à l'insuline.

    • Exercice : Pratiquez régulièrement une activité physique pour réduire les marqueurs inflammatoires tels que la protéine C-réactive (CRP) et l'interleukine-6 (IL-6). L'exercice améliore la sensibilité à l'insuline en augmentant la captation de glucose par les muscles et en améliorant la fonction mitochondriale.

    Etape 4 : Focus sur l'alimentation.

    Un article complet sur le sujet est disponible sur notre Blog : Le Guide du SOPK. 

    Alimentation et Hygiène de Vie

    • Régime Méditerranéen : Moins de sucre et de produits raffinés, plus de fibres, légumes et fruits.
    • Régime anti inflammatoire 
    • Jeûne Intermittent : Alternance de périodes de jeûne et d'alimentation saine.

    Rééquilibrage de la Flore Intestinale

    • Probiotiques 
    • Berbérine : A des effets hypoglycémiants et rééquilibrants sur la flore intestinale.

    Compléments et Plantes

    • Berbérine : Réduit le taux de glycémie et améliore la flore intestinale.
    • Quercétine : Antioxydante et anti-inflammatoire.
    • Curcuma : Réduit la résistance à l'insuline et l'inflammation.
    • Cannelle : Action hypoglycémiante et antibactérienne.
    • Chrome : Augmente la sensibilité des tissus à l’insuline.
    • Gymnema Sylvestris : Réduit le taux de glucose sanguin.
    • Olivier : Action hypoglycémiante et hypotensive.
    • Ail : Aide à réguler l’excès de sucre et fluidifie la circulation sanguine.
    pack reboost

      Nutrithérapie

      • Magnésium : Améliore la sensibilité à l’insuline.
      • Vitamine C et E : Contrôle de la glycémie et régulation de l’insuline.
      • Vitamines D et K : Réduisent la résistance à l’insuline et favorisent l’élasticité des artères.
      • Omega 3 : Aide à la prévention des maladies métaboliques.

      Conclusion

      La résistance à l'insuline est une condition sérieuse nécessitant une attention particulière. En reconnaissant les symptômes, en effectuant des tests de HOMA ou QUICKI et en adoptant des changements de mode de vie, il est possible de gérer cette condition efficacement. Consultez un professionnel de santé pour un diagnostic et un plan de traitement approprié. 

      ×