Le Syndrome des Ovaires Polykystiques (SOPK) : Examen, Traitement et Contraception

Le Syndrome des Ovaires Polykystiques (SOPK) est un trouble endocrinien courant qui affecte entre 8 et 13 % des femmes en âge de procréer. Cependant, de nombreuses femmes restent non diagnostiquées. La pilule contraceptive reste à ce jour, le traitement le plus prescrit au moment du diagnostique. Le but de notre article et de Fournir des recommandations concernant l'utilisation des pilules contraceptives chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Ces recommandations consensuelles pourrons vous aider à choisir en collaboration avec votre médecin le bon type de pilules contraceptives orales , qui soulageront les symptômes avec le moins d'effets secondaires possible.

Examen Diagnostique pour le SOPK

diagnostic sopk

Le diagnostic du SOPK repose sur un ensemble de critères cliniques, biologiques et échographiques.Nous avons rédigé un article complet sur le diagnostic du SOPK. Les principaux examens comprennent :

  1. Bilan hormonal : Un bilan hormonal complet est essentiel pour évaluer les niveaux de diverses hormones telles que la testostérone, la LH (hormone lutéinisante), la FSH (hormone folliculo-stimulante) et la SHBG (globuline liant les hormones sexuelles). Une élévation des androgènes et un rapport LH/FSH élevé sont des indicateurs fréquents du SOPK.
  2. Échographie pelvienne : Cet examen permet de visualiser les ovaires et de détecter la présence de kystes multiples. Les ovaires polykystiques apparaissent souvent plus grands avec de nombreux petits follicules en périphérie.
  3. Dosage de la glycémie et de l'insuline : Étant donné que les femmes atteintes de SOPK ont un risque accru de résistance à l'insuline et de diabète de type 2, nous recommandons souvent ces dosages.

Traitements pour le SOPK

Le traitement du SOPK vise à gérer les symptômes et à prévenir les complications à long terme. Les options incluent :

  1. Modifications du mode de vie : Une alimentation équilibrée et une activité physique régulière sont essentielles pour gérer le poids et améliorer la sensibilité à l'insuline. La perte de poids peut aider à réguler les cycles menstruels et à réduire les niveaux d'androgènes.
  2. Médicaments :
    • Metformine : Nous utilisons couramment ce médicament pour améliorer la sensibilité à l'insuline et aider à réguler les cycles menstruels.
    • Anti-androgènes : Des médicaments comme la spironolactone peuvent être prescrits pour réduire l'excès de pilosité et l'acné.
    • Inducteurs de l'ovulation : Pour les femmes souhaitant concevoir, des médicaments comme le clomifène peuvent être utilisés pour induire l'ovulation.

Contraception et SOPK

La contraception joue un rôle crucial dans la gestion du SOPK, car elle aide à réguler les cycles menstruels et à réduire les niveaux d'androgènes. Bien que la pilule contraceptive ne traite pas la cause du SOPK, elle soulage les symptômes et constitue une méthode contraceptive efficace.  Plusieurs options sont disponibles :

  1. Pilules contraceptives combinées : Les pilules contenant des œstrogènes et des progestatifs sont souvent prescrites pour réguler les cycles menstruels et réduire l'hyperandrogénie. Les pilules comme Jasmine, Minidril, Optilova, et Leeloo sont couramment utilisées. Elles peuvent également aider à réduire les symptômes d'acné et d'excès de pilosité.
  2. Pilules progestatives : Pour les femmes qui ne peuvent pas prendre d'œstrogènes, les pilules progestatives comme Optimizette et Slinda peuvent être une alternative efficace. Elles sont également utiles pour prévenir l'hyperplasie de l'endomètre.
  3. Dispositifs intra-utérins (DIU) : Les DIU hormonaux, tels que le Mirena, libèrent de la progestérone et peuvent aider à réduire les saignements menstruels et à stabiliser les niveaux hormonaux.

Quelle pilule choisir quand on a le SOPK ?

Le SOPK se caractérise par un excès d’hormones androgènes (masculines) entraînant des symptômes comme l’acné, l'hirsutisme ou encore l'alopécie. Par conséquent, les pilules les plus aptes à réduire ces symptômes sont celles à faible activité androgénique, dépourvues d’effet androgénique et anti-androgéniques. Ces catégories de pilules font exclusivement partie des 3ème et 4ème générations, qui sont associées à des risques vasculaires plus élevés.

Il est conseillé d’éviter les pilules à base d'acétate de cyprotérone présentes dans Diane 35, ses génériques et Androcur. À forte dose (≥ 25 mg/j), l'acétate de cyprotérone augmente les risques de méningiome. Même si Diane 35 et ses génériques sont faiblement dosés, nous préférons retarder leur utilisation et les recommander seulement pour une courte période. Discutez-en avec votre gynécologue, sage-femme ou médecin traitant.

Pour les personnes atteintes du SOPK, nous recommandons de se tourner vers des pilules à base de drospirénone. Ces pilules ont des effets anti-androgéniques et permettent de diminuer des symptômes tels que l’acné, l'hirsutisme et l'alopécie androgénique.Ce type de progestatif a également une action légèrement diurétique qui permet de limiter la rétention d'eau et la prise de poids. Voici quelques exemples de pilules combinées contenant de la drospirénone : Angeliq, Belanette, Drospibel, Phizoe, Jasmine, Jasminelle, Slinda, Yaz.

D'autres options incluent les pilules contenant du diénogest, du norgestimate et de l’acétate de chlormadinone :

  • Diénogest : Dienogest, Endovela, Misolfa, Oedien, Qlaira, Sawis. (Action anti-androgénique)
  • Norgestimate : Femi, Naravela, Optikinzi, Triafemi, Trinara. (Diminution du taux de testostérone)
  • Acétate de chlormadinone : Belara, Chlormadinone, Luteran. (Dépourvu d’effets androgéniques)
Malheureusement, la sécurité sociale ne rembourse pas la plupart de ces pilules, car elles appartiennent aux 3ème et 4ème générations de contraceptifs.

Générations de Progestatifs dans les Pilules Contraceptives

Notez que la génération des progestatifs détermine le type de molécule utilisée dans les pilules contraceptives.Voici un récapitulatif des différentes générations de progestatifs et des pilules associées :

  1. 1ère génération : Acétate de noréthistérone, Lynestrénol.
    • Pilules : Arrêt de commercialisation.
  2. 2ème génération : Lévonorgestrel.
    • Pilules et génériques : Adépal, Asterluna, Daily Gé, Leeloo, Lolistrel, Lovavulo, Ludéal Gé, Minidril, Naravela, Optidril, Optilova, Qiade, Seasonique, Triafemi, Trinordiol.
  3. 3ème génération : Désogestrel, Gestodène, Norgestimate.
    • Pilules et génériques : Carlin, Desobel, Femi, Harmonet, Melodia, Mercilon, Minesse, Minulet, Perléane, Triafémi, Varnoline.
  4. 4ème génération : Chlormadinone, Nomégestrol, Diénogest, Drospirénone.
    • Pilules et génériques : Belanette, Belara, Diane 35, Drospibel, Drovelis, Espizene, Jasmine, Jasminelle, Misolfa, Qlaira, Oedien, Phizoe, Yaz, Zoély.

Les Bienfaits Médicaux des Pilules Contraceptives 

  1. Règles Régulières et Moins Abondantes : Les pilules contraceptives orales peuvent aider à réguler artificiellement le cycle menstruel pour que les règles surviennent environ tous les 28 jours, ou moins souvent en cycles prolongés. Elles entraînent généralement des règles plus légères, ce qui est important pour éviter une croissance excessive de la muqueuse utérine, appelée endomètre, qui peut entraîner des saignements prolongés et abondants ou une hyperplasie de l'endomètre.
  2. Réduction de la Pilosité Indésirable : Les pilules contraceptives orales peuvent réduire les niveaux d'androgènes et diminuer la pilosité excessive (hirsutisme). Il faut parfois attendre six mois pour observer une diminution de la pilosité indésirable.
  3. Peau Plus Claire : Les pilules contraceptives orales peuvent améliorer l'acné. Les hormones contenues dans la plupart des pilules peuvent aider à prévenir la formation de l'acné. Cependant, plusieurs mois peuvent être nécessaires pour constater une amélioration.
  4. Moins de Crampes Menstruelles : Les pilules contraceptives orales peuvent aider à réduire les douleurs menstruelles.

Effets Secondaires Possibles des Pilules Contraceptives 

La plupart des personnes ne ressentent aucun effet secondaire en prenant la pilule contraceptive. Voici quelques effets secondaires possibles :

  1. Saignements Légers : Il peut y avoir des saignements légers ou des taches durant les premières semaines de prise de la pilule ou si une pilule est oubliée.
  2. Nausées : Les nausées peuvent survenir au début de la prise de la pilule et disparaissent souvent après quelques jours. Elles sont moins probables si la pilule est prise après le dîner ou avec une collation au coucher.
  3. Maux de Tête : Les maux de tête peuvent survenir en raison du stress, du manque de sommeil ou de migraines. La pilule peut améliorer ou aggraver les maux de tête. Si les maux de tête persistent, une pilule avec une quantité moindre d'œstrogène peut être prescrite.
  4. Changements d'Humeur 
  5. Seins Douleurux ou Augmentés : Les seins peuvent devenir sensibles ou plus gros, mais cela reste généralement stable.
  6. Changement de Poids : Certaines adolescentes peuvent prendre ou perdre du poids. 
  7. Caillots Sanguins : Bien que rare, un caillot sanguin dans la jambe ou le poumon est un effet secondaire grave. Si des douleurs ou des gonflements soudains dans la jambe, ou un essoufflement et des douleurs thoraciques surviennent, consultez immédiatement un professionnel de santé.
  8. Augmentation de la glycémie : Les pilules contraceptives combinées contiennent des œstrogènes et des progestatifs. Les œstrogènes peuvent affecter la résistance à l'insuline, ce qui peut potentiellement augmenter les niveaux de glycémie.  Les progestatifs peuvent aussi influencer la glycémie, bien que leur effet puisse dépendre du type de progestatif utilisé.

Augmentation des carences nutritionnelles 

 Les pilules contraceptives peuvent parfois entraîner des carences nutritionnelles chez certaines femmes. Ces carences sont généralement subtiles, mais il est important d'en être conscient pour maintenir une bonne santé globale. Vitamine B6Une carence en vitamine B6 peut entraîner de la fatigue, de l'irritabilité, et des problèmes de peau. Les pilules contraceptives peuvent diminuer l'absorption de la vitamine B12. Une carence en vitamine B12 peut causer de l'anémie, de la fatigue, et des troubles neurologiques. Les Végétariens doivent également etre plus prudents et envisager une supplémentation en B12. Les contraceptifs oraux peuvent également  interférer avec le métabolisme de l'acide folique ( Vitamine B9) . La prise de pilules contraceptives peut réduire les niveaux de vitamine C.

C'est pourquoi la prise d'une multi-vitamines est importante - notre produit Gaia est parfait pour cela.

Gaïa

Le conseil de notre naturopathe 

La pilule contraceptive, lorsque vous avez le SOPK, peut donner l'illusion d'une meilleure gestion de votre condition, mais elle ne la traite pas réellement. Elle camoufle simplement les symptômes. Et c'est tout à fait acceptable ! Parfois, les symptômes du SOPK deviennent si accablants, tant psychologiquement que physiquement, que la pilule contraceptive peut offrir un répit temporaire, vous permettant de reprendre des forces. Cependant, lorsque vous arrêtez la pilule, tous les symptômes réapparaîtront.

Il est important de noter que les femmes atteintes de SOPK sont plus susceptibles de souffrir de dépression et d'anxiété. Vous pouvez trouver un article complet sur ce sujet sur notre site internet. La pilule contraceptive peut également aggraver ces troubles.

En résumé, le SOPK est une pathologie endocrinienne complexe, et la pilule seule ne suffira pas toujours à améliorer tous les symptômes. Il est donc recommandé de modifier simultanément votre hygiène de vie, ce qui facilitera le retour à la normale après l'arrêt de la pilule.

Conclusion

Le SOPK est une condition complexe nécessitant une approche multidisciplinaire pour le diagnostic et le traitement. Grâce à des examens diagnostiques appropriés, des modifications du mode de vie, des médicaments et des options de contraception adaptées, les femmes atteintes de SOPK peuvent gérer efficacement leurs symptômes et améliorer leur qualité de vie.Si vous présentez des symptômes de SOPK, il est essentiel de consulter un professionnel de santé pour obtenir un diagnostic précis et un plan de traitement personnalisé.

×