Le Guide complet - pour les femmes souffrant d'hirsutisme 

L’hirsutisme se manifeste par une pilosité excessive chez les femmes dans des zones typiquement masculines ( visage, tronc ligne ombilico- pubienne) ce qui est fréquent chez celles atteintes de troubles hormonaux. Cet article expliquera les causes, les méthodes de diagnostic et les traitements de l’hirsutisme, en soulignant les différents types de poils et en proposant des solutions adaptées à chaque situation

 C'est la traduction clinique de l’hyperandrogénie. L'hirsutisme est lié à la réceptivité cutanée et aux origines. En effet 60% à 80% des femmes américaines atteintes du SOPK présentent un hirsutisme contre seulement 20 % des Japonaises. 

Qu'est-ce que l'Hirsutisme ?

L'hirsutisme provoque une croissance anormale des poils chez les femmes, notamment sur le visage, le menton, le cou, le dos et le ventre. Il est donc crucial de comprendre que l'hirsutisme ne constitue pas seulement un problème esthétique, mais indique également des déséquilibres hormonaux ou des conditions médicales sous-jacentes.

Lhirsutisme est dû à un excès d’androgènes dans l’organisme ( mais pas que c'est ce que nous allons voir un peu plus bas) . Les androgènes sont des hormones mâles . L’hirsutisme se traduit par la présence de poils a des endroits où la femme habituellement n’en a pas. Les poils sont plus foncés et épais : ils poussent sur les parties, comme le menton, la mâchoire, la poitrine, le ventre, les bras, et le dos.  

 Signes et symptômes de l'Hyperandrogénie : 

Les signes et les symptômes comprennent :

  • Poils foncés sur le visage, la poitrine, le dos, le ventre, dautres zones dites masculines.
  • Acné sur le visage ou le corps
  • cheveux clairsemés et alopécie au niveau des tempes
  • Diminution de la taille des seins
  • Développement de la masse musculaire
  • Croissance du clitoris
  • Taux élevé dandrogènes (ce phénomène touche environ la moitié des femmes souffrant dhirsutisme).

Le Diagnostic de L'Hirsutisme : Le score de Ferriman 

Le score de Ferriman, également connu sous le nom de score de Ferriman-Gallwey, évalue l'hirsutisme, c'est-à-dire la pousse excessive de poils chez les femmes dans des zones typiquement masculines. Ce score analyse la sévérité de l'hirsutisme et suit son évolution au fil du temps.

Voici comment fonctionne le score de Ferriman-Gallwey :

  1. Zones concernée : Le score examine neuf zones spécifiques du corps où la pilosité peut se manifester chez les femmes. Ces zones sont :

    • La lèvre supérieure
    • Le menton
    • La poitrine
    • Le dos supérieur
    • Le dos inférieur
    • L'abdomen supérieur
    • L'abdomen inférieur
    • Les bras (avant-bras et biceps)
    • Les cuisses
  2. Notation : Chaque zone est notée de 0 à 4, où :

    • 0 signifie absence de pilosité terminale (épaisse et foncée)
    • 1 signifie une légère pilosité
    • 2 signifie une pilosité modérée
    • 3 signifie une pilosité dense mais non complète
    • 4 signifie une pilosité complète et épaisse
  3. Totalisation : Les scores des neuf zones sont additionnés pour obtenir un score total, qui peut varier de 0 à 36.

  4. Interprétation :

  • Un score de 8 ou plus est généralement considéré comme indicatif d'hirsutisme.
Normal
< 8
Hirsutisme léger
8 à 16
Hirsutisme modéré
17 à 25
Hirsutisme sévère
 > 25
    • Un score inférieur à 8 est généralement considéré comme normal, bien que les normes ethniques et les préférences cliniques puissent légèrement varier.

    Le score de Ferriman-Gallwey est un outil précieux pour les médecins pour diagnostiquer l'hirsutisme, évaluer son intensité et surveiller l'efficacité des traitements, comme le complément Andromaque, dans la réduction de la pilosité excessive.

    Les Causes de l’Hirsutisme

    Les causes de l’hirsutisme sont diverses et incluent :

    • Déséquilibres hormonaux : Un excès d’androgènes (hormones mâles) peut stimuler une pousse excessive des poils. Ce déséquilibre peut être lié à des conditions comme le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), souvent associé a une quantité excessive d'androgène et des troubles du cycle menstruel .
    • Hirsutisme idiopathique : Lorsque la cause exacte ne peut être trouvée, on parle alors d’hirsutisme idiopathique. Ce type d'hirsutisme peut être génétique ou lié à une sensibilité accrue des follicules pileux aux androgènesIl s'agit d'un diagnostique d'élimination. Les taux d'androgènes sont normaux et il n'y pas de troubles du cycle menstruel.
    • Hyperinsulinisme : Les symptômes d’hyperinsulinisme peuvent inclure une pilosité accrue due à une résistance à l'insuline, souvent observée chez les personnes atteintes de SOPK.
    • La prise de certains médicaments peut chez certaines femmes entraîner l’apparition de l’hirsutisme.
    • Conditions médicales : Des maladies comme les tumeurs des glandes surrénales ou des ovaires, ou encore des troubles thyroïdiens peuvent également causer de l’hirsutisme. 
      • Déséquilibre hormonal : Thyroide et Hirsutisme  Dans l'hypothyroïdie, la glande thyroïde ne produit pas suffisamment d'hormones thyroïdiennes (thyroxine et triiodothyronine). En effet, lorsque la thyroïde ne fonctionne pas correctement, ce qui entraîne une hypo- ou une hyperthyroïdie, le déséquilibre des hormones peut provoquer lhirsutisme. Les femmes présentant des symptômes dhirsutisme peuvent subir des tests thyroïdiens afin de déterminer si la croissance des poil peut résulter dun dysfonctionnement de la thyroïde. Le therme exacte ici n'est pas hirsutisme mais plutôt L'hypertrichose est une pathologie différente. C'est une simple augmentation de la quantité de poils n'importe où sur le corps. L'hypertrichose peut être généralisée ou localisée. Mais que l'on confond souvent avec l'hirsutisme. 
      • Augmentation de la prolactine : Des niveaux élevés de prolactine peuvent stimuler les glandes surrénales à produire plus d'androgènes, les hormones mâles, telles que la testostérone.
      • Excès d'androgènes : Une augmentation des androgènes peut entraîner une augmentation de leur transformation en  dihydrotestostérone (DHT), un dérivé plus puissant de la testostérone. La DHT se lie aux récepteurs des follicules pileux, stimulant ainsi une croissance excessive des poils dans les zones typiquement masculines.

    Diagnostic de l’Hirsutisme

    Qui consulter ? L’hirsutisme peut être établi après une visite chez un dermatologue, un endocrinologue ou un gynécologue. 

    Il est crucial de diagnostiquer précisément pour déterminer le traitement approprié.  Voici les principales étapes :

    • Bilan hormonal : Un bilan hormonal permet de vérifier les niveaux d'hormones pour identifier un éventuel déséquilibre. Ce bilan inclut souvent la mesure des niveaux de testostérone, de DHEA-S et d'autres androgènes.
    • Bilan médical complet : Cela inclut l'examen des symptômes et des antécédents médicaux pour détecter des conditions sous-jacentes comme
    • Examen physique : L’examen physique permet de localiser et d’évaluer la sévérité de la pilosité. Il peut également inclure une échographie pelvienne pour vérifier la présence de kystes ovariens.

      Comment s'en débarrasser 

      Réduire son hirsutisme passe par deux étapes indissociables.

      1. Faire baisser ses taux d'androgènes via une prise en main de son alimentation, mais également par la mise en place d'une supplémentation adaptée.

      2. Traitement cutané pour détruire le bulbe sans cette étape le bulbe sera toujours présent et le poil va continuer de pousser. Pour supprimer totalement la pousse la suppression du bulbe est nécessaire.

      Ces deux étapes sont liées et l'une ne va pas sans l'autre. Pour éviter la repousse paradoxale ainsi que la repousse après un traitement de l'hirsutisme par laser, il est important de faire baisser dans un premier temps ses taux d'androgènes et ensuite de commencer le laser ou la lumière pulsée. 

      Le SOPK et l’Hirsutisme

      Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est l'une des principales causes d'hirsutisme chez les femmes. Le SOPK est un trouble hormonal et métabolique qui affecte environ 8 à 13 % des femmes en âge de procréer. Les femmes atteintes de SOPK présentent souvent des niveaux élevés d'androgènes, ce qui entraîne une série de symptômes, dont l'hirsutisme.

      L'hirsutisme se manifeste par la croissance de poils drus et foncés dans des zones où les femmes ont généralement des poils fins ou pas de poils du tout. Une augmentation du taux d'hormones mâles (androgènes) provoque cet excès de pilosité. Bien que toutes les femmes produisent des androgènes à partir des ovaires et des glandes surrénales. Des niveaux élevés d'androgènes peuvent entraîner de l'acné et de l'hirsutisme. 

       Les follicules pileux réagissent aux androgènes en produisant des poils épais et du sébum. Une fois activés, ces follicules pileux peuvent également convertir les androgènes faibles en androgènes plus forts. 

      Les femmes présentant une pilosité excessive doivent consulter un professionnel de la santé. Surtout si la pilosité se développe ou s'aggrave rapidement, ou si les membres de leur famille ont une pilosité comparativement moins importante. Dans la grande majorité des cas, une affection médicale grave n'explique pas l'hirsutisme. Il convient toutefois de déterminer la cause de l'hirsutisme et, le cas échéant, de traiter les affections sous-jacentes.

      Comment le SOPK Cause-t-il l'Hirsutisme ?

      1. Excès d'androgènes : Les femmes atteintes de SOPK ont des niveaux élevés d'androgènes (testostérone, DHEAS, DHT), qui stimulent la croissance excessive de poils corporels. Cela se manifeste par une pilosité accrue sur le visage, le menton, le dos et d'autres zones typiquement masculines.
      2. Hyperinsulinisme : La résistance à l'insuline, fréquente chez les femmes atteintes de SOPK, conduit à des niveaux élevés d'insuline dans le sang. Ce qui va stimuler la production d'androgènes par les ovaires et les glandes surrénales, exacerbant l'hirsutisme. Cette hyperinsulinisme peut également impacter les niveaux d'une autre hormone :lglobuline liant les hormones sexuelles (SHBG). Des niveaux réduits de SHBG peuvent entraîner une augmentation de la quantité d'androgènes libres dans le sang, favorisant ainsi l'hirsutisme.
      3. Hérédité : Les antécédents familiaux de SOPK et d'hirsutisme peuvent jouer un rôle important. Si d'autres membres de la famille présentent des symptômes similaires, il est probable que la génétique soit un facteur contributif.
      4. Réponse des follicules pileux : Les follicules pileux des femmes atteintes de SOPK peuvent être plus sensibles aux androgènes. Même à des niveaux normaux de ces hormones, ce qui entraîne une croissance excessive des poils.

      L'évolution de l'hirsutisme 

      Les femmes atteintes de SOPK peuvent expérimenter une pilosité anormale sur différentes parties du corps :

      Les zones touchées : 

      • Poils au menton et au visage : La croissance de poils sur le visage et le menton est particulièrement gênante et peut affecter la confiance en soi.
      • Les zones du corps comme le dos, le ventre et les cuisses peuvent également être touchées par les poils.
      • Pilosité pendant la ménopause : Les symptômes de pilosité peuvent s'aggraver pendant la ménopause en raison des fluctuations hormonales.

      Traitement de l’Hirsutisme

      Il existe un large éventail de quantités « normales » de poils chez les femmes. L'origine ethnique joue un rôle majeur dans la croissance de la pilosité corporelle. Par exemple, les femmes originaires d'Asie de l'Est et d'Amérique du Nord ont tendance à avoir peu de poils. Au contraire  les femmes originaires d'Asie du Sud, du Moyen-Orient et de la Méditerranée ont tendance à avoir une pilosité modérée à importante.

      Attentes en matière de traitement 

      Le traitement de l'hirsutisme exige de la patience, car les follicules pileux ont un cycle de vie d'environ six mois. Les patients doivent prendre la plupart des médicaments pendant six mois avant de constater une amélioration notable. Pendant ce temps, ils peuvent épiler mécaniquement ou décolorer les poils existants. Certaines femmes continuent d'utiliser ces méthodes en combinaison avec les médicaments. 

      Votre médecin surveillera l'évolution du traitement et pourra répéter des tests s'il s'inquiète d'une affection sous-jacente. Si un médicament est inefficace au départ, la dose ou le type de médicament peut être modifié.

      Méthode naturelle pour réduire la pilosité liée au SOPK

      Une reduction de la pilosité est possible en changent son alimentation mais également sa pratique sportive ( en réduisant son indice HOMA). Cependant cela prend du temps et il faut comprendre que cela va simplement réduire la pousse et non supprime le follicules pileux. 

      Pack hirsutisme

      Le Pack Hirsutisme vous donne l'ensemble des clés pour reprendre le contrôle de vos hormones et de votre pilosité . 

      Notre complément Andromaque, conçu pour réduire la pilosité, est une innovation dont nous sommes particulièrement fiers. Nous sommes la première et unique marque en France à aborder ce symptôme du SOPK . Nous avons développer une solution naturelle pour lutter contre l'hirsutisme. Andromaque est l'un des trois compléments alimentaires de notre marque ayant nécessité le plus de temps de développement. Imane a élaboré la formule fin 2021, puis nous avons fait appel à un panel d'experts pour la perfectionner. Ce n'est qu'à la fin de l'année 2022 qu'Andromaque a été commercialisé.

      Il est cependant important de rappeler que  traitement de l'hirsutisme exige de la patience.  Les follicules pileux ont un cycle de vie d'environ six mois. La plupart des médicaments ou traitements  doivent être pris pendant six mois avant qu'une amélioration notable ne se produise.

      Méthode pour éliminer l'excès de poils 

      L'élimination des poils en lien avec l'hirsutisme à lieu en deux étapes : 

      1. De l'intérieur en régulant ses hormones : avec notre pack Hirsutisme  et en adoptant une hygiène de vie adaptée a vos déséquilibre 
      2. Elimination du bulbe pileux - Traitement externe de la pousse du poils 
      L'un ne peux pas être dissocié de l'autre puisque s'épiler  n'aidera pas à traiter la cause de l'hirsutisme.

      Épilation et éclaircissement

      Les patients peuvent utiliser plusieurs méthodes pour éliminer physiquement l'excès de poils ou pour les éclaircir . Ils peuvent également combiner ces méthodes avec des médicaments. Toutefois, les femmes atteintes d'hirsutisme qui essaient d'être enceintes ou sont enceinte ne peuvent pas prendre de médicaments . Les femmes enceintes doivent demander à leur médecins si les différentes méthodes de traitement mécanique et chimique sont sûres. 

      Rasage et hirsutisme

       Le rasage est une méthode couramment employée pour éliminer les poils indésirables. Raser de près, surtout à contre-sens de la pousse, provoque souvent des poils incarnés pouvant entraîner des boutons inesthétiques. Une infection de la gaine des poils, appelée folliculite, peut également survenir après le rasage. On accuse parfois le rasage de stimuler la repousse des poils en les rendant plus épais, bien qu'aucune preuve scientifique ne vienne confirmer cette assertion.

      Épilation chimique, épilation à la cire et décoloration 

      On peut utiliser les crèmes dépilatoires et la cire pour éliminer les poils, et les décolorants pour éclaircir les poils. Les dépilatoires et les décolorants peuvent provoquer une sensibilité de la peau chez certaines femmes ; veillez donc à suivre les instructions relatives aux tests épicutanés.

      Électrolyse 

      L'électrolyse endommage les follicules pileux individuels en insérant une aiguille très fine dans le follicule pileux et en appliquant un courant électrique. L'électrolyse convient mieux au traitement de petites zones. Bien que des zones plus étendues puissent être traitées en plusieurs séances au fil du temps. Le traitement est sûr et efficace, mais il peut être douloureux et est souvent coûteux. Pour trouver un électrolyste qualifié, renseignez-vous sur sa formation, son expérience et sa licence.

      L’électrolyse, réalisée poil par poil, nécessite plusieurs séances parfois douloureuses. Elle est recommandée pour les zones où l’épilation laser est inefficace, comme :

      • Les zones hormo-dépendantes avec du duvet : Ces zones, comme le visage, le ventre, le dos, le haut des bras et les fesses chez la femme, risquent une stimulation ou une repousse paradoxale.
      • Les parties du corps exposées au soleil : Avec l’électrolyse, le bronzage n’est plus un problème. Elle est adaptée à tous les types de peau, même bronzées.
      • Les poils blancs ou clairs : Ces poils ne sont pas détectés par les autres méthodes d’épilation définitive comme le laser ou la lumière pulsée.
      • Les poils récalcitrants en fin de traitement laser.

      Dans les cas d’hirsutisme ou d’hyperandrogénie, l’épilation n’est pas toujours définitive, mais la repousse est ralentie, offrant un soulagement aux personnes concernées.

      Différences entre le laser et l’électrolyse pour l'hirsutisme 

      Bien que les deux méthodes visent une épilation définitive, elles présentent quelques différences :

      • Longueur du poil requise : Pour le laser, il faut raser le poil à ras pour optimiser l’efficacité du faisceau. Pour l’électrolyse, le poil doit être assez long pour être saisi.
      • Temps par séance : L’électrolyse se fait poil par poil. La praticienne saisit le poil avec une pince à épiler, insère un filament dans le bulbe et envoie une décharge électrique. Le poil mort tombe instantanément. Avec le laser, le bulbe brûlé est progressivement éjecté en 2 à 20 jours, donnant une sensation de poil rasé en repousse.
      • Après-séance : Après l’électrolyse, le poil tombe immédiatement et la peau reste nette pendant plusieurs semaines. Pour le laser, la repousse et l’éjection du poil peuvent prendre plusieurs jours.

      Avantages de l’électrolyse

      L’électrolyse est adaptée à tous les types de peau, et peut être réalisée le jour même d’une exposition au soleil (sauf en cas de coup de soleil). Contrairement au laser, qui capte difficilement les poils fins et le duvet, l’électrolyse peut les détruire sans problème.

      Épilation au laser 

      Bien que coûteuse, l'épilation au laser est efficace, plus rapide et moins douloureuse que l'électrolyse. Elle peut souvent réduire de façon permanente la repousse des poils. En particulier chez les personnes à la peau claire et aux poils foncés. La plupart des personnes ont besoin de quatre à six traitements espacés d'environ quatre à six semaines pour obtenir une épilation satisfaisante. Des traitements d'entretien peuvent être nécessaires tous les six à douze mois pour éliminer les petits poils fins qui repoussent.

      Peut-on obtenir un remboursement pour l’épilation au laser ?

      Pour rappel, seul un spécialiste, souvent un dermatologue formé, peut pratiquer l’épilation au laser car c’est un acte médical. Elle est considérée comme une procédure de chirurgie esthétique.

      Par conséquent, comme pour tout acte de chirurgie esthétique, la Sécurité Sociale ne rembourse pas l’épilation au laser si elle a uniquement un but esthétique. Cependant, dans quelques cas spécifiques, l’Assurance Maladie peut rembourser l’épilation au laser, notamment si elle est indispensable pour le confort.

      Dans quels cas peut-on avoir une prise en charge de l’épilation laser ?

      Si votre pilosité est considérée comme pathologique (et donc excessive), alors l’épilation au laser pourra être remboursée par la Sécurité Sociale. Les pathologies distinguées sont :

      • Hypertrichose simple (ou pilosité abondante) Cela se traduit par la présence de duvet excessif dans des zones normalement peu poilues ou imberbes. Elle peut être causée par une situation de surpoids ou par la prise de corticoïdes. Cela peut notamment toucher la pilosité du visage et vous pousser à considérer sérieusement l’épilation laser visage.
      • Traitement de la folliculite  Inflammation des follicules pileux, les follicules pileux peuvent s’enflammer, devenir rouges, gonflés, et provoquer une irritation et des démangeaisons. La folliculite apparaît le plus souvent sur le cuir chevelu, les jambes, les aisselles, le dos ou encore le visage.
      • Hirsutisme 

      Dans les trois cas précédemment cités, la pilosité est donc considérée comme une pathologie et peut faire l’objet d’un remboursement par l’assurance maladie. Il est toutefois à noter qu’il sera très rare d’obtenir une prise en charge de l’épilation laser. 

      Etapes pour obtenir le remboursement du laser. 

      Pour espérer voir son épilation laser remboursée, il faudra tout d’abord consulter un médecin. Ce dernier pourra vous fournir une prescription médicale accompagnée des résultats biologiques  obtenus. Il apportera aussi  la « preuve » que votre pilosité excessive (ou hirsutisme) est due à des troubles hormonaux. Cela implique donc d’avoir fait un diagnostic d’hyperpilosité auprès de votre médecin avant de pouvoir constituer un dossier de remboursement. 
      Vous serez alors remboursé d’une partie du traitement par la Sécurité Sociale et selon votre mutuelle, vous pourrez espérer une prise en charge du reste. Il est très important que vous vous renseignez au préalable, en lisant votre contrat ou en contactant directement votre mutuelle, mais aussi que vous interrogiez l’Assurance Maladie pour avoir une pré-acceptation avant de vous lancer dans un traitement laser.

      Si vous souhaitez en savoir plus sur le remboursement de l’épilation laser, n’hésitez pas à consulter le site Ameli.fr qui a consacré une page à la prise en charge de la pilosité excessive. 

      Crèmes 

      Le chlorhydrate d'éflornithine (nom de marque : Vaniqa) est une crème  qui peut être utilisée pour ralentir la croissance des poils indésirables du visage . Elle n'élimine pas les poils de façon permanente. Les résultats sont visibles au bout de six à huit semaines et, après l'arrêt de l'utilisation de la crème, les poils reviennent à leur niveau d'avant le traitement au bout d'environ huit semaines. 

       

      Quels sont les Médicaments pour le Traitement de l'Hirsutisme :

      Plusieurs médicaments sont disponibles pour le traitement de l'hirsutisme. Ces médicaments peuvent diminuer la quantité de poils, arrêter la croissance de nouveaux poils et diminuer la vitesse de croissance et la grossièreté des poils existants.Les patients doivent prendre la plupart de ces médicaments pendant au moins six mois avant de détecter une amélioration.

      Les antiandrogènes diminuent directement la production d'androgènes ou bloquent l'action des androgènes sur le follicule pileux. Comme ces médicaments peuvent provoquer des malformations congénitales, les femmes sexuellement actives doivent utiliser une forme efficace de contraception ,lorsqu'elles prennent des antiandrogènes.

      Les anti-androgènes hormonaux

      Les anti-androgènes stéroïdiens (gestodène, norgestimate, désogestrel, acétate de cyprotérone – Androcur®, la molécule la plus ancienne des anti-androgènes) exercent trois actions : anti-androgène, anti-gonadotrope (contraceptif) et inducteur enzymatique (augmentation de la dégradation des hormones androgènes).

      association avec un dérivé synthétique d’hormone œstrogène dans certaines pilules contraceptives.

      En raison de leur mécanisme d’action, ces médicaments peuvent entraîner plusieurs effets indésirables :

      • une diminution de la libido ou une impuissance ;
      • un effet contraceptif ;
      • une gynécomastie (développement anormal des seins) ;
      • une galactorrhée (écoulement de lait) ;
      • un syndrome dépressif ;
      • des troubles hépatiques et du métabolisme des lipides ;
      • une prise de poids ;
      • une augmentation du risque cardiovasculaire et d’accidents veineux ;
      • selon une étude américaine, une possible augmentation des risques de maladie d’Alzheimer (+ 14 %) et de démence (+ 20 %) dans les 10 années suivant un traitement d'un cancer prostatique.

      Ils sont également contre-indiqués en cas de méningiome ou d’antécédents de méningiome. Les médecins doivent prescrire le traitement à la dose minimale efficace et pour la durée la plus courte possible. Les patients doivent réaliser une imagerie cérébrale (IRM) en cas de symptômes évocateurs de méningiome.  Pour les femmes de plus de 35 ans doivent se soumettre à cette imagerie si le traitement dure plus de cinq ans. Merci de consulter votre médecin.

      Traitements anti-androgènes non-hormonaux

      Les médicaments anti-androgènes non stéroïdiens, tels que le Flutamide, le Nilutamide, le Bicalutamide, le Finastéride et la Spironolactone, agissent exclusivement sur les récepteurs des hormones androgènes pour bloquer leur action. En inhibant ces récepteurs, ils empêchent les androgènes, comme la testostérone, de se lier et d’exercer leurs effets biologiques. Ils n’ont ainsi aucun impact direct sur les fonctions reproductrices, telles que la production de sperme ou la fertilité.

      Les médecins prescrivent principalement ces médicaments pour traiter le cancer de la prostate métastatique, où ils ralentissent la progression de la maladie en réduisant les effets des androgènes, qui stimulent la croissance des cellules cancéreuses. Cependant, certains de ces médicaments ont d'autres indications. Par exemple :

      • Le Finastéride, un anti-androgène de synthèse, traite non seulement l'alopécie androgénétique (perte de cheveux de type masculin) mais aussi l'hypertrophie bénigne de la prostate. Une condition caractérisée par une augmentation de la taille de la prostate qui peut causer des problèmes urinaires.
      • La Spironolactone, principalement utilisée comme diurétique pour traiter l'hypertension et l'insuffisance cardiaque, possède également des propriétés anti-androgènes et traite parfois l'acné hormonale et l'hirsutisme (excès de pilosité) chez les femmes.

      Les patients doivent utiliser ces médicaments sous stricte surveillance médicale en raison des possibles effets secondaires et des risques associés à une utilisation prolongée. 

      Par ou commencer  ? 

      Traitement combiné

      Avec le temps, de nombreuses femmes constatent qu'une approche à plusieurs volets comprenant :

      • l'épilation directe (comme le laser),
      • la suppression de la production d'androgènes à l'aide de la reprise en main de son alimentation (  IG bas ou alimentation anti inflammatoire adapté a son SOPK)
      • la prise de complément alimentaire peut produire une réduction maximale de la croissance gênante des poils. 

      L'alimentation 

      L'alimentation joue un rôle  important dans la gestion du SOPK et de l'hirsutisme ; il est cependant essentiel de se rappeler qu'aucun aliment unique ne peut « équilibrer vos hormones ». Il est préférable de se concentrer sur votre régime alimentaire et votre mode de vie global pour gérer. 

      Certains aspects clés de votre alimentation peuvent soutenir vos symptômes du SOPK en s'attaquant à la résistance à l'insuline, à l'inflammation et aux carences en nutriments :

      ÉQUILIBRE DE LA GLYCÉMIE

      Comme nous l'avons appris plus tôt, l'insuline peut être l'un des principaux facteurs contribuant à une production accrue d'androgènes. Heureusement, votre alimentation peut aider à cibler ce problème et équilibrer votre glycémie est essentiel. Assurer des repas équilibrés avec le bon ratio de protéines, de graisses, de fibres et de glucides complexes peut aider à stabiliser la glycémie, entre autres avantages. Vous pouvez également utiliser des compléments alimentaire pour vous aider : Indice Glycémique boost 

      THÉ À LA MENTHE VERTE

      Des études préliminaires ont montré que boire deux tasses de thé à la menthe verte par jour pourrait contribuer à une réduction des niveaux d'androgènes - et pourrait donc être utile pour réduire la pousse excessive de poils du visage. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer cela, mais les données sont prometteuses.

      GRAINES DE LIN

      Il existe quelques preuves limitées suggérant que l'ajout de graines de lin moulues dans l'alimentation pourrait aider à réduire les niveaux de testostérone chez les personnes atteintes de SOPK.

       

      QUELS COMPLÉMENTS RÉDUISENT LA POUSSE DES POILS DU VISAGE ?

      L'ajout de compléments alimentaires soigneusement sélectionnés et ciblés peut être un excellent outil pour aider à réduire l'excès de poils du visage. Voici quelques compléments qui peuvent aider à lutter contre l'hirsutisme, notre complément andromaque permet de réduire la pousse du poil :

      ZINC

      Certaines études suggèrent que la supplémentation en zinc peut réduire les niveaux d'androgènes et d'insuline chez les femmes atteintes de SOPK, aidant ainsi à diminuer les symptômes de l'hirsutisme. 

      CHAMPIGNON REISHI

      Ce champignon médicinal aide non seulement le corps à gérer le stress, mais il a également montré des bénéfices anti-androgènes en réduisant la conversion de la testostérone en DHT, un androgène plus puissant.

      MAGNÉSIUM

      Des niveaux plus bas de magnésium sont associés à des niveaux plus élevés d'insuline et de testostérone chez les femmes atteintes de SOPK, et ces marqueurs peuvent être améliorés avec la supplémentation.

      OMÉGA 3

      Les acides gras oméga-3, principalement trouvés dans les poissons gras, pourraient aider à réduire les niveaux de testostérone.

      Identifier les compléments dont vous avez besoin dépend de plusieurs facteurs, notamment votre historique médical et tout médicament actuel que vous prenez. Il est important de choisir des compléments de bonne qualité et d'obtenir les dosages corrects pour garantir votre sécurité et l'efficacité des compléments.

      Conclusion :
      L’hirsutisme est une condition complexe qui nécessite une approche multidisciplinaire pour être gérée efficacement. En comprenant ses causes et en explorant les diverses options de traitement, les femmes peuvent trouver des solutions adaptées pour améliorer leur bien-être. Consultez un professionnel de santé pour un diagnostic précis et un plan de traitement personnalisé.
      Pour en savoir plus sur l'hirsutisme et ses traitements, n'hésitez pas à consulter notre section FAQ et nos articles dédiés aux solutions naturelles et médicales.
       

       

       

      ×